Après NTM à Bercy pour un retour à la scène 10 ans après le dernier concert, il me tarde de revoir Joey Starr sur scène. Celui qui est pour moi le Monstre du rap français, va se produire ce soir dans le cadre du Bataclan. Une salle juste assez grande pour un concert qui promet d’être trés trés chaud. Pas de manteau, pas de pull, t-shirt de rigueur même si nous sommes au mois de décembre. Tous les fans sont là pour le retour sur scène du Jaguarr, qui vient d’être salué par la profession pour sa prestation dans le film de Maïwenn, Polisse. Cinq ans après son premier album solo « Guare au jaguarr », Joey Starr va nous donner chaud ce soir avec les titres de son dernier opus « Egomaniac ».

Le show n’a déçu personne. Des Dj de talents étaient présents ce soir pour accompagner Joey Starr : Kimfu, DJ Calculator et DJ Cut Killer dont je me souviens encore de l’apparition dans le film La Haine. D’ailleurs ce soir la reprise de Sound of da Police, classique de KRS-One, a mis le feu à la salle déjà surchauffée. Nathy Boss est également sur scène ce soir. Membre du B.O.S.S. depuis de nombreuses années, ses influences musicales puisées dans le reggae dancehall sont la garantie d’un concert où chaque partie de mon corps ne pourra se retenir d’onduler et de bouger.

Je me souviens d’un Joey Starr qui rugi dans son micro au côté de Kool Shen lors d’un concert au Zénith en 1998 puis en 2008 et lorsque je ferme les yeux, les sensations sont les mêmes aujourd’hui. la voix, l’énergie, la chaleur, l’humidité de mon t-shirt, le public déchaîné,… tout y est. Sur tous les titres, je vais me laisser transporter : Hot Hot, Jour de sortie, Champagne, Mamy Blue, Sound of da Police, Laisse pas traîner ton fils,… tous ces titres ont été repris par un Bataclan rempli de personnes de tous horizons.

Nicoletta n’est pas présente mais l’émotion est tout de même présente lorsque retenti Mamy Blue. Etrange sensation d’ailleurs quand on sait que quelques minutes avant cette même salle semblait prête à dévorer tout Paris. A gauche, A gauche, A gauche….. A droite, A droite, A droite,… ça y est j’ai perdu de vue la personne avec qui je suis venu. Le public est déchaïné.
Le pari a été tenu et la soirée a été chaude, trés chaude. L’aura de Joey Starr est indiscutable et il ne laisse définitivement pas indifférent les spectateurs qui viennent le voir en live. Le concert est fini, le temps est passé trop vite et mon seul regret est de ne pas avoir pris une place pour revenir demain.

(c)rédits photos : Sébastien Garnier

Galerie
Vidéo Mobile

 

Etiquettes

A propos de l'auteur

Sébastien Garnier

Sébastien Garnier

Site web

Epicurien, Sébastien croque chaque instant qui s'offre à lui. Hyperactif et boulimique de la vie qu'il ne conçoit qu'à 200%, il n'est pas photographe de métier. Toujours armé de son petit appareil photo numérique, un Panasonic DMC-TZ5, il essaye de saisir ces moments, ces instants qu'il voudrait voir rester figer dans sa mémoire... une extension de sa carte mémoire personnelle peut-être. Hip-Hop, électro, classique, pop, rock, funk, indie, folk, soul, jazzy,... Sébastien a également un sérieux penchant pour la musique. Frustré de n'avoir jamais appris à jouer d'un instrument, il s'est très vite intéressé à tous ces styles qui composent aujourd'hui son panorama musical. Et quel meilleur moyen d'apprécier un artiste que de le voir évoluer en live, en véritable Homme d'orchestre d'un véritable spectacle visuel et sonore. Au quotidien, Sébastien est Responsable Communication d'un groupe de presse et en participant au projet Concert magazine, Sébastien partage avec nous sa vision des concerts auxquels il assiste. Du Stade de France à la Boule Noire, Sébastien nous emmène avec lui pour ces instants où parfois le temps semble s'arrêter.