C’est au printemps 2016 que le « Mickael Sourd Quartet » a décidé de sortir son premier album. En effet, si cette période est un signe de renouveau, elle est en tout cas, une période de projet pour le groupe.

Ce quartet crée il y a 4 ans par Mickael Sourd à la guitare, présente un répertoire accès sur le Jazz des années 50/60 plus communément appelé HARD BOP.

Autour du guitariste, nous retrouvons Guillaume Gardey de Soos à la trompette, Frédéric Léger à la Contrebasse et Thomas Doméné à la Batterie.

Ces musiciens amis n’en sont pas à leur premier coup d’essai et présentent déjà de beaux parcours individuels (voir Bio express)

L’album du Quartet enregistré au LK studio de Lecques (30) et masterisé par Laurent Marc chez Waveform propose 9 titres.
visu CD JpegNous retrouvons des titres d’artistes phares de la scène Hard Bop avec Lee Morgan (Mr Kenyata, Totem Pole, Mogie), Kenny Burrell (Lyresto) Horace Silver (Lonely Woman,Cap Verdean Blues), Tommy Flanagan (Minor Mishap, Freight Trane) et Hank Mobley (Funk in Deep Freeze)

Si le public s’attend à écouter les grands standards HARD BOP tel que « Moanin’ » de Art Blakey and the Jazz Messengers , c’est loupé !

En effet le choix de titres assez peu connus du grand public et sortant des (beaux) clichés est un atout pour le groupe et pour la mise en valeur de l’album.

Et pour sortir encore de l’image et de l’orchestration traditionnelle Hard Bop qui est normalement composé en quintet avec piano, Basse, batterie et 2 soufflants (Saxophone et Trompette), le groupe s’approprie ce répertoire en quartet avec la formule Basse/batterie/guitare/trompette.

L’écoute de l’album met de suite en avant la fusion juste entre l’orchestration bouillonnante d’une formation trad de Hard Bop et l’aération et l’espace d’un quartet à la Grant Green. Du coup, les morceaux respirent, les mélodies sont belles, les solos sont construits et constructifs. Le duo Basse Batterie fonctionne parfaitement.

Mickael Sourd photo

L’ensemble de l’album est donc très cohérent et homogène.
A l’instar de nombreux groupes de Jazz qui développent un style résolument moderne, « Mickael Sourd Quartet », prend le contre-courant en remettant en avant l’héritage des racines du Jazz, entre Blues, BeBop, Gospel, et Swing.

Contrecourant qui le rend bien au style de par son historique. En effet, à l’époque Le Hard Bop était déjà une sorte de rébellion des musiciens noirs contre le « Cool Jazz » un peu trop dominé à leur gout par les musiciens blancs.

Au-delà de ce contexte historique, cet héritage n’a pas pris une ride et a bien sa place dans notre époque et dans les programmations de festivals.

Un disque à se procurer et à écouter mais surtout un groupe à découvrir sur scène.

Coup de cœur pour le visuel du CD crée par Clément Peiffer.

Vous trouverez toutes les informations sur le Facebook du groupe : https://www.facebook.com/mickaelsourdquartet/

Bio Express

Mickael Sourd à participé a de nombreux projets , il a été le fondateur du Quartet Swing 39  avec qui il s’est produit dans de nombreux festivals jazz Français, avec des tournées au Maroc (Jazz in Riad), tournée en Chine (JZ Club, Cotton Club.) Il joua avec de grands noms du swing tel que Mandino Reinhardt, Marcel Loeffler, Christophe Lartilleux. Participa à de nombreuses émissions Télé et radios.

Guillaume Gardey de Soos  collabora avec des formations telles que le Big Band 31, le Muret Big Band, il créa   « Les Métropolitains » avec qui il gagna le concours Européen de jazz du Centre des Musiques Didier LOCKWOOD (C.M.D.L.) et lauréat du tremplin Jazz à Oloron. Il joua entre autre avec André Villégier, Claude Egéa, Olivier Ker Ourio, Philippe Léogé, David Linx.

Frédéric Léger a travaillé au cote d’Adbu Salim dans le Freemind Quintet, enregistra avec Franck Nicolas. Il participa à de nombreux festivals en France, au Liban, dans les Caraïbes, en Allemagne. Il fut premier lauréat du festival jazz Mirondel’art 2006 et finaliste du tremplin de Jazz à Vienne 2008 avec le groupe Atipa quartet

Thomas Doméné fut le batteur du Big Band Brass, nous le retrouverons aux cotés Guillaumme Gardey de Soos dans « les Métropolitains » avec qui il gagna le concours Européen de jazz du Centre des Musiques Didier LOCKWOOD (C.M.D.L.) et lauréat du tremplin Jazz à Oloron. Il s’est produit avec  Rachel Ratsizafy, travailla et tourna en France et à L’étranger avec Dominique Rieux et Louis Martinez.

Galerie

Vidéos